Monday, November 20, 2017

Incipits finissants (75)

J'en ai assez d'entendre dire que le vinyle c'est super et que le CD ne vaut rien. Y en a plus que pour le vinyle aujourd'hui.
D'abord, le CD n'est qu'un disque en réduction. Il ne tient qu'à vous de le repeindre avec des rayures en noir brillantes.
Et pis, vous n'ennuyez avec les grésillements du vinyle. Si je raye mon CD, il est capable de sauter pas mal de plages et de le doubler dans le sprint final lancé vers la ligne d'arrivée.
Trêve de plaisanteries, je préfère le son lisse, voire invisible. Ce ne sont pas les bruits autour du son qui m'intéressent, mais le son entre les bruits. En plus, des bruits, il y en a plein partout ailleurs.
Et lorsque le bras se bute, c'est d'un pénible. Il faut toujours se lever pour aller le relever et changer de face. Du coup, on se concentre sur les seules fins. On en oublie carrément les débuts. Et on achoppe aux mêmes endroits qu'en 1970. Tu parles d'une avance toi. On se retrouve là où se retrouvaient nos grands-parents, à l'âge où on les a rattrapés.
Moi, je préfère les années 80, les années CD frigo (sans que ça ait un rapport avec les frigos d'ailleurs, sauf qu'il sera difficile de faire tenir un être humain dans un frigo, je parle donc des années froides de la new-wave ne laissant guère de traces, sauf pour le chômage).
Sinon, la pochette d'un CD vaut bien la pochette d'un vinyle. Elle peut être autant colorée, malgré sa petite taille.
Et songe un instant que pour ranger tes vinyles, tu auras besoin de toute ta maison, au lieu de toute une pièce de ta maison pour tes CD.
Et puis, c'était super aussi les K7 (Ah ces bandes vrillées à rembobiner avec des ciseaux !). Pourtant, elles ont déjà disparu. On va pas quand même laisser disparaître également les CD, sinon le moral en prendra un coup.
Mais peut-être que je m'énerve pour rien. Car, un jour prochain, on déterrera les K7 et ensuite viendra le tour des CD. Retour à la plage départ. Celle de notre adolescence. Peut-être alors que la musique redémarrera pile, là où elle s'est arrêtée. L'essentiel serait qu'elle redémarre toute seule, comme une grande, qu'elle se suspende dans les airs sans sortir de quelque chose, qu'on puisse enfin ne parler que d'elle et pas des crottes de biques qu'il y a autour. 
P.M.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins